La Myrte

Publié le par Seleniah




Myrte commun
(Myrtus communis)
Multré ; Mirtre ; Mistré ; Nerta ; Nertou ; Marola ; Arbre juif ; Herbe du lagui ; Bois-sent-bon.

Petit arbre à feuilles persistantes du maquis méditerranéen de 1 à 3 m dont on utilise les fleurs les feuilles et les baies.


Genre : Masculin
Planète : Vénus
Élément : Eau

Divinités : Aphrodite-Vénus ; Artémis-Diane ; et leur grande ancêtre à toutes deux, la déesse lunaire
Astarté, adorée par tous les peuples sémitiques de la haute Antiquité. Elle s'appelait Istar chez les
Phéniciens, Athtar chez les Arabes ; Astoret chez les Hébreux. On pense généralement que le nom
d'Aphrodite (« Astoret »... « Aphtoret »... « Aphrodet ») et celui d'Amphitrite (Amphtoret) ne sont
que des altérations successives du nom d 'Astarté.
Il existe plus de soixante espèces de Myrtes. Nous nous occupons ici du plus connu en Europe
comme aux États-Unis. C'est un grand arbrisseau, très répandu dans tout le bassin de la Méditerranée.
C est le Myrtos des Anciens, le bois aux mille et une traditions.
Nous faisons une fiche à part pour le Myrte-piment, pourtant cousin, mais qui ne subit pas la
même influence planétaire et qui est une plante « Feu» alors que celle-ci est « Eau ». Même en
botanique la différence est marquée, puisque la variété de Myrte qui va être examinée juste après
celle-ci n est plus un Myrtus mais appartient au genre Pimenta.
La nymphe Myrsiné ayant dépassé en courant son amie Pallas (autre nom d'Athéna), la déesse
irritée la fit mourir; sur son corps poussa le Myrte, plante que Pallas se mit à aimer par la suite, soit
en souvenir de son triomphe sur sa rivale imprudente, soit par remords.
Dans l'île de Cythère, Vénus, ayant honte de sa nudité, se cacha derrière Myrte et, par
reconnaissance, l'adopta comme sa plante bien-aimée.

Utilisation rituelle :

Aux temps bibliques, les jeunes femmes juives portaient des guirlandes de Myrte le jour de leurs
noces.
Lorsque les Romains combattirent pour garder les Sabines enlevées, ils portaient sur leurs têtes
des couronnes de Myrte.
Romulus planta à Rome deux de ces arbrisseaux, l'un pour les patriciens, l'autre pour le peuple.
Lorsque les nobles triomphaient au sénat, le Myrte plébéien se fanait; lorsque le peuple marquait des
points en politique, c'était le Myrte des patriciens qui avait mauvaise mine et commençait à se
dessécher.


Utilisation magique :

Symbole de l'amour conjugal sans nuages, cette plante est l'un des composants de base des sachets
d'affection, depuis toujours, serait-on tenté de dire... depuis plusieurs millénaires, en tout cas, et
partout où pousse le Myrte. Comme les druides celtes avaient leurs cérémonies du gui, les magiciens
de Mésopotamie avaient leurs rites du Myrte.
Chez les Hébreux, l'arbre était fécondant. Et cependant, dans ce même peuple, une tradition en
faisait porter aux jeunes mariées pour qu'elles n'aient pas leur premier enfant trop tôt.
Bues selon un programme précis, qu'il faut respecter minutieusement, des infusions de feuilles de
Myrte conservent très longtemps la jeunesse et la beauté...
Pour qu'un Myrte planté dans le jardin soit protecteur, il faut qu'il y ait été mis par une femme.

Le myrte est astringent tonique et antiseptique, on l'emploie en usage externe pour guérir les blessures, les affections de la peau psoriasis, herpès, plaies, contusions et en usage interne pour soigner les troubles digestifs ou urinaires, leucorrhée, cystite, sinusite, toux, gorge, hémorroïdes.



Infusion une cuillère à soupe pour un bol d'eau bouillante ; 2 tasses par jour.

Huile de Myrte


L’esprit de la plante

La présence du myrte dans la mythologie grecque n'est pas des moindres : il couronne Vénus et lui est consacré. Les médecins de l'Antiquité ne manquent pas de l'associer à leur pratique. L'arbrisseau pourtant n'est pas rare dans toute la Méditerranée et singulièrement en Corse où il parfume intensément le maquis. A l'époque romaine, les baies de myrte, séchées, étaient concassées pour faire office de poivre, trop coûteux. Aujourd'hui, c'est sous forme de confitures et de liqueur que les Corses savent en tirer le meilleur profit.

Bienfaits et vertus

L'huile essentielle de myrte est en premier lieu remarquable pour son action sur la sphère broncho-pulmonaire. C'est un bon expectorant, utile dans la bronchite chronique où elle joue le rôle d'un antitussif, spécialement contre les toux sèches et quinteuses. Dans cet ordre d'idée, cette huile essentielle peut être associée avec profit dans le traitement du sevrage tabagique. On note également un pouvoir tonifiant et astringent sur les tissus et un effet positif contre les ecchymoses et les hémorroïdes. Synergies : eucalyptus, ravensare, pin, sapin, citron, géranium, palmarosa

Propriétés
Antiseptique, Antiseptique urinaire, Balsamique, Expectorant, Rééquilibrant, Stimulant, Équilibrant

Indications
Asthme *****, Bronchite *****, Déséquilibre énergique ****, Infections urinaires ****, Maladies infectieuses ****,

source : encyclopédie des herbes magiques de Scott cunningham

Publié dans Le jardin Magique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article